Jean-Henri Fabre, grand savant né en 1823, naturaliste passionné, célèbre notamment pour ses observations sur les insectes et les plantes, vécut dans cette maison durant 36 ans. La propriété, un mas au milieu d’un jardin d’un hectare, fut tout à la fois son "laboratoire à ciel ouvert" et son refuge familal. On y admire ses précieuses collections – coquillages, fossiles, minéraux, herbiers, aquarelles, ouvrages, imprimés et manuscrits – et une partie de son patrimoine mobilier. Une immersion dans les sciences naturelles du XIXe siècle.


En 1879, Fabre fit l'acquisition d'une propriété d'un hectare à Sérignan du Comtat : l'harmas. Il y vécut jusqu'à son décès en 1915.

La maison du domaine fut construite par Monsieur Xavier de Dianous vers 1842-1843 et fut transmise à son fils Alexandre. A la mort de ce dernier la propriété revint à sa sœur et ses frères mais resta inhabitée durant 16 ans avant l'acquisition du domaine par la famille Fabre pour 7 200 francs de l'époque. Son nom d'harmas, provenant de l'occitan ermàs signifiant "terre en friche", lui fut donné en raison de ces 16 années durant lesquelles la propriété fut inhabitée.

Le Muséum national d'histoire naturelle rachète, par procès verbal datant du 14 juillet 1922, ce domaine aux descendants de la famille Fabre.

Classé au titre des Monuments historiques en 1998, l’Harmas est ré-ouvert au public, après restauration partielle en mai 2006. Labellisé Maison des illustres en 2011, l’Harmas connaît depuis une progression sensible et constante de sa fréquentation pour atteindre les 9500 visiteurs en 2014.

Une nouvelle phase de travaux s'achève en 2015 avec la créationd'une salle destinée à accueillir les « aquarelles », la rénovation de l’escalier central de la maison et la remise en état des peintures dites en pointe de diamant.

L’ouverture annuelle d’avril à octobre est liée au fait du jardin provençal qui hiverne. 

Jean-Henri Fabre © DR - MNHN

Jean-Henri Fabre © DR - MNHN, par DR - MNHN